"O l'espada toumbara, una capella si bastira"

"Où tombera mon épée, sera bâtie une chapelle"

Ainsi se serait exprimé  le Comte Olivier compagnon d’arme de Roland, livrant une bataille contre les Maures, dont l’issue semblait incertaine ; la chapelle fut édifiée témoignant de sa victoire et  de sa reconnaissance à la Sainte Vierge. Le rameau d’olivier mis dans la main de la Vierge serait le rappel de son  nom et le signe de la paix obtenue.

Une autre hypothèse ferait dériver son appellation de son appartenance à l’Ordre des Bénédictins Blancs, dit Moines Olivétains, fondé en 1313 sur le site éponyme du Monte Oliveto en Toscane à 35 Km de Sienne. 

 

ND Olive 2 copier

La chapelle Notre Dame de L’Olive est située sur la commune d’Embres et Castelmaure, on y accède par un chemin rural étroit à partir de la D27 à environ 1Km en sortant de Saint Jean de Barrou en direction de Treilles. La Chapelle se niche au creux d’un bosquet de cyprès, de pins et de quelques oliviers qui bordent son accès, à la limite des vignes et de la garrigue. Les cyprès les plus anciens au Nord de la Chapelle ont été tronçonnés ; leur système racinaire très developpé menaçait probablement l’édifice.

Les caractéristiques architecturales de la chapelle se sont estompées au fil des remaniements et des restaurations et s’il est difficile d’en donner une description archéologique, elle garde néanmoins ce charme et cette sincérité des chapelles rurales champêtres qui nous apportent un sentiment de paix, de tranquillité et pour peu que l’on s’y applique, une sensation de profondeur, de confiance et de bien être. 

TABA copier

Une tombe, située au pied du mur gouttereau sud, porte l’inscription TABA, elle est encore occasionnellement fleurie ; mais quelle est la signification de TABA ? Est-ce le nom du défunt ou une épitaphe.

TABA en péruvien c’est une "godasse" et en Estonien un "cadenas",d’une façon curieuse c’est aussi le nom d’un village à la frontière de l’Egypte et d’Israël, mais c’est aussi l’acronyme  de "There And Back Again" qui peut se traduire par "Un aller et retour", sous-titre de la nouvelle de JRR TOLKIEN, "The Hobbit" écrite en 1937 par l’auteur du "Seigneur des Anneaux". Mais rien de tout cela ne nous éclaire sur cette inscription funéraire ..quoique …l’aller et retour pourrait évoquer ce voyage dans l’au delà, et le retour à la fin des temps …

(addendum 2018) Taba : Les plus anciennes mentions du nom le situent dans l'Aude (Embres-et-Castelmaure au début du XVIIe siècle). Il devrait correspondre à l'occitan "tavan" = taon. À noter cependant que le dictionnaire d'Alibert donne pour le mot "taban" le sens de nigaud." Extrait du site Généanet  

 

 

 

   

Il semble qu’une source coulait au Nord de la chapelle au fond de la pinède à moins qu’il ne s’agisse d’un "prélèvement" réalisé sur le ruisseau temporaire qui circule à cet endroit. Des restes de "canaule" semblent acheminer cette eau jusqu’au  sud de la chapelle où l’on observe encore près du chemin  les restes du système de pompage.                             

ND Olive 3 copier

En regardant la croix vous aurez certainement remarqué qu'elle représente une épée, celle d'Olivier bien sur, mais peut-être aussi l'épée flamboyante à double tranchant, du Verbe Divin, du Logos, à la fois Destructeur et Créateur. 

Grâce aux  paroissiens, Notre Dame de l’Olive conserve encore cette inestimable qualité de faire l’objet de pèlerinages les 15 Août et 8 Septembre, ainsi que de Cérémonies de regroupement pour les sept paroisses environnantes du Durbannais (Embres et Castel Maure, Fraïsse, Saint Jean de Barrou, Villesèque, Durban, Villeneuve et Cascatel) qui assurent aussi la pérennité du culte pour Notre Dame de Faste située à peu de distance de là.  

Il est tout à fait imaginable que les célébrations à Notre Dame de l'Olive et particulièrement lors de la fêtes des Rogations (3 jours avant l'Ascencion), aient été des moments privilégiés pour demander une protection contre les calamités, et une bénédiction des cultures, et de celle de l'olivier en particulier ; car en effet "rogatio" c'est la demande "Demandez ce que voudrez et cela vous sera accordé"(Jean 15, 7).

La Bible dans Génèse nous raconte l'histoire du déluge et comment Noé sut qu'il pouvait libérer les animaux de l'Arche et reprendre pied sur une terre exondée. La colombe libérée de l'arche par Noé revint avec une feuille d'olivier toute fraiche dans son bec, signifiant qu'enfin la colère de Dieu était apaisée et que la terre noyée par le déluge s'asséchait permettant aux végétaux de reprendre leur croissance. On peut retrouver encore là cet indice de l'immortalité de l'olivier qui reprend vie malgré le déluge et d'autre part le symbole de paix, cette nouvelle alliance avec Dieu qui se conclut après ce déchainement de colère divine que fut le déluge. 

"Au bout de quarante jours, Noé ouvrit la fenêtre de l’arche qu’il avait faite et lâcha le corbeau. Celui-ci sortit allant et revenant jusqu’à ce que les eaux fussent séchées de dessus la terre. Puis il lâcha d’auprès de lui la colombe, pour voir si les eaux avaient diminué de la surface du sol. La colombe ne trouva pas d’endroit où reposer la plante de son pied et elle revint vers lui dans l’arche, car les eaux étaient sur la surface de toute la terre. Il étendit sa main, la prit et la ramena vers lui dans l’arche.
II attendit encore sept autres jours et recommença à lâcher la colombe hors de l’arche. La colombe vint à lui, au temps du soir, et voici qu’en sa bouche il y avait une feuille d’olivier toute fraîche. Alors Noé sut que les eaux avaient diminué de dessus la terre. II attendit encore sept autres jours et lâcha la colombe, mais elle ne revint plus vers lui." (Genèse VIII, 6-12)

Il existe aussi dans la liturgie Chrétienne la Fête des Rameaux ; Le dimanche des Rameaux rappelle l'entrée triomphale de Jésus-Christ à Jérusalem (Jean 12, 12 - 15). A l'origine ces rameaux étaient des palmes agitées au passage du Christ pénétrant dans Jérusalem, palmes et jeunes rameaux, symboles de la vitalité de leur foi chrétienne ; le chemin du Christ  porté par son âne était recouvert de palme car "le sol jonché de palmes ne devait pas être impur sous les sabots de l'âne qui portait le Christ".  Les descendants de l'âne qui porta le Christ reçurent, selon la légende, en témoignage de leur sanctification une marque incrite dans leur pelage, en forme de Croix de Saint André ou Croix de Palestine, qu'ils portent sur leur dos, au garrot : cette particularité est un des caractères distinctifs des ânes de Provence. Plus tard et selon les régions les rameaux furent fait d'olivier, de buis, de laurier, de saule, d'if , de sapin et font encore l'objet d'une cérémonie de Bénédiction et d'une procession durant laquelle l'hymne "gloria laus et honor" est chanté. Ces rameaux bénis ne pouvant être jettés, seront ramenés à l'église l'année suivante pour le Mercredi des "Cendres", cérémonie durant laquelle ils seront brulés et les cendres serviront à faire une onction sur le front des fidèles. Mais le fruit de l'olivier c'est surtout l'olive et l'huile d'olive que l'on en extrait sert à la fabrication des huiles saintes, chrême proprement dit, huile des catéchumènes, l'huile des infirmes. Saint Cyrille de Jérusalem s'adressant aux nouveaux baptisés s'exprime ainsi : "Vous avez été oints d'huile exorcisée et ainsi vous avez participé aux fruits de l'olivier fécond qui est Jésus-Christ. ».

Quelque soient les époques, les cultures, les religions ou l'histoire, l'olivier est inscrit au coeur des économies rurales agricoles de tout le bassin méditerranéen . Grand pourvoyeur de bienfaits, à travers ses usages alimentaires, médicinaux, domestiques, économique, industriel et religieux, il fait l'objet de culte et de vénération et est porteur d'une grande valeur symbolique à tel point que Aude Harlé, Maitre de Conférences en Sociologie à l'université de Perpignan, le présente comme "ferment symbolique de la Méditerranée".

La présence de l'Olivier n'est pas seulment lié à l'histoire de la fondation de notre Dame de l'Olive. Génériquement un arbre aux vertus spécifiques veille sur les lieux sacrés. Le Cyprès, le Laurier, l'If, le Pin, le Micocoulier, l'Acacia, le Chêne sont présents aux abords des lieux saints ou des sépultures.

Ainsi, l'Arbre ne peut se limiter à sa dénomination botanique : d’Arbre. Il est bien plus, par les fonctions de vigilance et de mémoire que l'humanité lui confère.  Nous ressentons au fond de nous l'importance de sa présence, la force de son ancienneté, sa sagesse. Notre relation avec l’arbre ne date pas d’hier. Notre mémoire de sa compagnie depuis des millénaires s’est construite selon diverses affinités ou aversion. L’usage alimentaire et médicinal  que les groupes humains ont établi avec l’arbre  s’est enrichi au grès du temps et des expériences. En fonction du  degré de dépendance que les hommes ont établi avec certains d’entre eux, se sont élaborés des croyances, des rites, des légendes et même des degrés de parenté. 

Certains arbres sont perçus comme vertueux, d’autres maléfiques ou bien  tabous. Certains sont des arbres "à palabre", d’autre sont veilleurs et protecteurs et d’autre encore ne sont rien sinon de la "marchandise" pour fabriquer du papier ou pour donner de la gomme. 

Pire, de nos jours et dans ce vaste monde de nombreux arbres ancestraux et majestueux qui peuplent les forêts primitives sont détruits. Ils sont abattus sans  cérémonie, broyés, brulés…. Pour être remplacés par d’autres espèces transplantées, clonées, trangéniques et qui donnerons leurs noix, leurs fèves grasses pour contribuer à la demande énergétique croissante de la population humaine agitée, débordante, dévorante et prédatrice. 

Parmi ces arbres majestueux et ancestraux, j'ai envie de vous raconter l’Olivier comme si Notre-Dame de l'Olive m'y invitait. Prononcer le mot "Olivier" c'est toujours réveiller la musicalité de son nom grec: "E Elaia" comprenez "La Olivier". Le nom grec est donc féminin et cela change beaucoup de chose dans la façon de saisir l’immense générosité de l’olivier. La lignée mythique de Elaia commence par le don d’Athéna au peuple d’Athénes. Sous le règne de Cécrops Athéna et Poséidon se disputent la souveraineté du territoire. Pour les départager les Dieux décident que la ville appartiendra à celui qui saura offrir ce qu’il y a de meilleur pour la Cité. Poséidon fait jaillir un cheval en frappant le sol avec son trident ; d’Athéna un olivier surgit sur l’acropole. Les femmes votent pour Athéna et les hommes pour Poséidon. Le roi Cécrops apporte sa voix à Athéna. La déesse devient la gardienne protectrice de la Cité qui prend pour nom Athènes. De fait en méditerranée, l’olivier, arbre femelle des grecs, sera toujours attaché aux récompenses et aux victoires libératrices jusqu'au monde romain. Dans la culture Romaine, l’olivier est dédié à Minerve, déesse de la guerre.

Au travers des identifications projectives à la civilisation Grecque qui fondent progressivement la culture Romaine, nous assistons à un glissement de genre et de fait les valeurs symboliques de l'Olivier se modifient. L’arbre de Féminin passe au Masculin. Née par les vertus et les pouvoirs de sagesse d’Athéna, divinité majeure de l’Attique, également déesse de la guerre raisonnée, Elaia devient Olivier, de genre masculin chez les Romains. Il accompagne Minerve, déesse de la guerre et manifeste le Triomphe. Aux "Ides de Juillet" (le 12) à Rome, des escadrons de chevaliers défilent avec des couronnes d’olivier. Les héros des Jeux de l’Olympe seront coiffés de la couronne de rameaux d’olivier et reçoivront une ration d’huile d’olive des bois sacrés. Plus tard la chrétienté associera aux bénédictions le Rameau d’olivier comme une suite assimilatrice et évolutive que représente la pensée Christique, au regard des polythéismes et de la Barbarie. 

Elaia est donc un arbre féminin sacré, chez les grecs. De nombreux textes en relatent son usage symbolique. Il est interdit de l’abattre y compris sur ses propres terres. Des magistrats, les "gnomones" étaient spécialement délégués à la surveillance de la bonne tenue des oliviers sacrés. La branche d’Olivier accompagne également la famille en deuil durant la cérémonie de crémation. Entouré de bandelettes blanches, le rameau est dressé pour implorer un dieu ou supplier des puissants, il est déposé dans les cimetières. Cueilli chargé d’olives, l’"Eirésioné", le rameau, est cloué sur la porte des maisons et y reste pour l’année. Le Caducée d’Hermès Dieu de Connaissance, de Sagesse et messager entre les hommes et la nuée Divine est fait de bois d’Olivier Sacré.

Parce qu’ Elaia est l’arbre de la Déesse Vierge Athéna, les couronnes d’olivier et de palmier annoncent le mariage des femmes vierges et libres. L’olivier/Elaia annonce la naissance les filles, le palmier, des garçons.

Constatons plus généralement que l’olivier est un Don de la Nature aux hommes. L’arbre peut vivre un millénaire voire éternellement s’il est recepé. Seul un gel intense et durable peut en venir à bout et même lors de l'hiver 56, nombreuses ont été les olivettes sauvées par recépage. L'olivier donne un bulbe et un bois de tronc à la fibre dure, dense et parfumée.

L’Olivier produit une récolte annuelle de fruits très nutritifs qui murs et pressés fournissent l’huile aux nombreuse vertus que nous lui connaissons mais aussi la possibilité de s’éclairer, de se pommader, de saponifier. Le célèbre Savon de Marseille est garanti à l’huile d’Olive. Les noyaux broyés deviennent un engrais et la pâte de pressage des olives est nourriture pour les cochons.

L’arbre est médicinal du bois au fruit en passant par le feuillage. Les feuilles fraiches ont des vertus médicinales, diurétiques et hypotenseur artériel en alternance avec l'aubépine (H.Leclerc, Précis de Phytothérapie, p200). Mais ses effets sont aussi anti-diabétique, febrifuge, facilitant hépatique, pour ne citer que quelques uns de ses bienfaits car ils seraient de l'ordre d'une centaine . Le bois des vieux oliviers sécrète parfois un "gomme" dite "gomme de Lecce" dans les Pouilles, d'une couleur brun-rougeâtre et d'aspect résineux, son odeur s'apparente à la vanille; elle aurait servie, dans l'antiquité à fabriquer un emplâtre, appelé "enaemon" efficace contre les hémorragies (Mérat De Vaumartoise,François-Victor / Lens, Adrien Jacques de. Dictionnaire universel de matière médicale et de thérapeutique générale : contenant l'indication, la description et l'emploi de tous les médicamens connus dans les diverses parties du globe.1846, p321) . L'écorce de l'olivier aussi a souvent remplacé le quinquina dans les préparations fébrifuges, avec semble-t-il une meilleure efficacité . Nous connaissons tous, par ailleurs, l'usage de l'huile d'olive dans le célébre "régime crétois" ou  "diète méditerranéenne" inscrite sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l'UNESCO comme un "ensemble de savoir-faire, connaissances, pratiques et traditions" . Une telle prodigabilité qui recouvre, les rites sacrés, l'alimentation, la médecine, la cosmétique, l'art, l'éclairage, le sport, etc... a conduit certains auteurs à nommer l'olivier : "mine sur la terre".

Son identité féminine persiste dans son mode de fructification, il est toutefois appelé "bouc" quand olivier sauvage ou de variété différente il est placé légèrement à l’écart du champ d’olivier pour favoriser la pollinisation.

Les "olives" désignent dans le langage populaire les testicules des petits enfants. On leur "soupesait" les olives  pour s’assurer de leur fertilité future. Elles désignaient également les "tétons" naissants des fillettes pré-pubères. L’usage de ce mot pour désigner des parties génitales en formation n’a rien de péjoratif, au contraire il indique la valeur de prospérité attribuée à ce fruit et l’espoir de fertilité que les adultes placent sur les enfants. Ceux-ci étant assimilés au nouveau rameaux de l’arbre généalogique et qui porteront les prochains fruits.

Tout un pèlerinage de la conscience dans une cuillerée d'huile d'olive, de Picholines, d'Aglandeau, de Lucques, de Colliases...

Diverses coopératives oléicoles du Languedoc, de Provence et de Midi-Pyrénnée proposent des huiles de cépages.
Comparé à  la fadeur de certaines huiles d'olives communes qui abondent dans les rayons des surfaces alimentaires, les huiles de "terroir"» ont ce petit indice du "caractère" que les huiles des années soixante apportaient à l'assaisonnement des salades. 

De la culture à la mise en bouteille, en passant par la trituration et le pressage, l'élaboration d'une huile à considérablement évolué. Les champs d'oliviers sont équipés de l'arrosage "au goute à goutte", le fruit se développe sans difficulté mais aussi sans relation avec l'ambiance climatique naturelle. Il faut admettre que le "standard" à policé la culture oléicole, retirant toute caractéristique bio-climatique à la saveur de l'huile. Les arguments sanitaires dominent : éradiquer toute trace de maladies, pas de vers de l'olive, des traitements insecticides contre la cicadelle, vecteur de la fumagine, contre la mouche de l'olive, contre "l’oeil de paon"...apports d'engrais chimiques etc...toutes ces actions sont nécéssaires  mais les réponses thérapeutiques, usage de pesticides, d'engrais chimiques, ne s'incrivent que peu dans un contexte d'une agriculture respectueuse de l'environnement. Ces critères élaborés par l'observation scientifique répondent aux normes de productivité, de traçabilité et de qualité sanitaire des fruits et des produits. La cueillette industrielle mécanique avec ou sans traitement hormonal de l'arbre, pour favovriser la chute des fruits, a pris le dessus sur les récoltes manuelles, par gaulage ou au râteau. Pour des raisons de productivité et de rentabilité la trituration et le pressage traditionnel et ancestral sont progressivement remplacés par le broyage et l'extraction par centrifugation à froid, et évoquer l'extraction par l'usage de solvant (hexane ou heptane) nous donne "froid dans le dos" et "mal au ventre" . Alors soyez attentif à vos achats ...! Les techniques de trituration et de pressage traditionnel ne sont ni des clichés, ni du folklore, comme le laisse supposer les promoteurs des techniques industrielles. Le broyage (marteaux ou couteaux)et la centifugation provoquent un échauffement qui nuit à la qualité du produit fini et ne rescpectent pas forcément la réglementation qui défini la température de toutes les opérations, y compris pression ou extraction, laquelle ne doit pas dépasser les 27C° (règlement de l'Union européenne n° 1019 de 2002 L155 29 et 30). La tentation d'améliorer le rendement et l'efficacité en augmentant la température est un pas vite franchi, même si celle-ci ne dépasse généralement pas les 30C°, certains l'élèvent jusqu'à 50C° altérant gravement la qualité de l'huile . Sans entrer dans un débat qui opposerait pratiques traditionnelles et modernes et bien sur hormis l'usage de solvant, les méthodes et moyens techniques ont chacun leurs avantages et inconvénieuts et sont à même de produire des huiles de qualité, si les hommes qui participent à l'ensemble de cette chaine technique connaissent bien leurs outils et s'appliquent à une bonne mise en oeuvre. Dans tous les cas fuyez les huiles mal définies, mélangées, sans origines etc... notre organisme n'est pas fait pour ça... boire essence

"Ne vous laissez pas modeler par le monde actuel, mais laissez–vous transformer par le renouvellement de votre pensée, pour pouvoir discerner la volonté de Dieu: ce qui est bon, ce qui lui plaît, ce qui est parfait" (Epitre aux Romains 2 v2)

La valeur symbolique du pressoir est très forte.

 

Christus_in_der_Kelter_ÖNB_cod_3676_fol_14r

 "Le Pressoir Mystique"

Le pressoir à olives c'est le lieu qu'à choisi le Christ, au pieds du Mont des Oliviers, pour prier avec les apôtres, avant sa crucifiction : ce lieu c'est le jardin de Ghetsémani : "Gat Šmānê" en Araméen, le pressoir à huile.

"Restez ici, tandis que je m'en irai prier là-bas."  Et prenant avec lui Pierre et il commença à ressentir tristesse et angoisse.  Alors il leur dit : "Mon âme est triste à en mourir, demeurez ici et veillez avec moi."  Étant allé un peu plus loin, il tomba face contre terre en faisant cette prière : "Mon Père, s'il est possible, que cette coupe passe loin de moi ! Cependant, non pas comme je veux, mais comme tu veux."   Il vient vers les disciples et les trouve en train de dormir ; et il dit à Pierre : "Ainsi, vous n'avez pas eu la force de veiller une heure avec moi ! Veillez et priez pour ne pas entrer en tentation : l'esprit est ardent, mais la chair est faible."

 La scène se répète une seconde puis une troisième fois

Alors il vient vers les disciples et leur dit : "Désormais vous pouvez dormir et vous reposer : voici toute proche l'heure où le Fils de l'homme va être livré aux mains des pécheurs. Levez-vous ! Allons ! Voici tout proche celui qui me livre."

Symboliquement c'est le lieu où le Christ chargé de tous les péchés de l'humanité à vécu son agonie, au sens du combat de l'âme, c'est dans sont intériorité qu'il à foulé et broyé ces péchés au point de générer une "sueur de sang" : “En proie à l’angoisse, il priait plus instamment, et sa sueur devint comme des grumeaux de sang, qui tombaient à terre.” (Luc 22:44). Ce sang, contrairement au Golgotha, à la crucifiction, est généré sans blessure physique il est le résultat "du pressoir" de la pression intérieure dûe au contact entre l'élan permanent de Pureté du Christ et les péchés de l'Humanité...

Si notre vie devait être la culture de l'olivier j'aimerais tant que son huile soit bonne, joyeuse et réconfortante ...

Parmi les producteurs du sud de la France nombreux sont ceux qui font des efforts pour produire avec "sincérité", on peut toutefois fortement regretter l'effacement progressif de "la typicité" qui caractérisait une huile du Languedoc, d'une huile de Provence, d'Espagne, d'Italie ou de Corse, pour n'en citer que quelques unes. Nous ne pouvons que saluer malgrès tout les efforts permanents réalisés par les producteurs et par l'Afidol pour réguler, proposer, encourager, accompagner et fédérer les producteur professionnels et même amateurs. 

carte-departements

 

Pour maintenir le contact avec une culture ancestrale, rustique et nourricière, nous vous invitons à planter un olivier ou  bien adoptez en un semi-ensauvagé dans un champ non cultivé.

Le choix de la variété tient compte des données climatiques, de votre altitude, ensoleillement, nature du sol.

Plantez le dans un lieu aéré, en sol bien drainé. Chaque printemps apportez lui votre compost, un peu de fumier acheté en jardinerie, supprimez les gourmands qui jailliront de son pied, vous pouvez conserver les feuilles de ces gourmand pour en faire des tisanes drainantes. Son tronc au pied doit rester à l'air, il s’épaissira et deviendra noueux au fur et à mesure de ses croissances. 

L'olivier n'a que peu de racine et un "bulbe" qui fait des réserves d'eau et de nutriments comme le palmier. Aspergez le feuillage et l'aubier de bouillie bordelaise : le bleue, qui l'assainira et lui apportera l'oligo-aliment cuivré qui renforcera son immunité. Contre la fumagine  (le noir de l'écorce) nous nettoyons nos oliviers  en brossant à l'eau et savon noir et posons sur l'aubier un emplâtre d'argile verte montmorillonite et de lithotamme, entouré de bandelette sur les surfaces très abimées. Si l'été est brulant pour ce jeune arbre, arroser très abondamment (la terre autour doit rester humide plusieurs jours) en une seule fois mi-juillet et mi-aout. Ce cycle correspond aux temps habituels d’orages en bordure méditerranéenne.

Son feuillage d'argent et de bronze se couvrira en Juin de milliers de petites fleurs subtilement odorantes d'un blanc crémeux. Ces même minuscules fleurs que tressa en guirlande l'épouse du Pharaon Toutankamon pour orner sa momie.

Si la pluie de fin de printemps ne viens pas gâcher la pollinisation vous pourrez cueillir vos olives l'automne et le froid venus. En octobre vous ramasserez en vert ou violet pour préparer les olives confites, en novembre et décembre vous ramasserez l'olive mure, noire, ridée pour la conserve au sel ou à l'huile. Sinon apportez au moulin le plus proche pour l'huile ou abandonnez le fruit aux oiseaux du ciel , les merles s'en régaleront.
L'avant dernière semaine de carême, juste avant les Rameaux, taillez le généreusement, enlever le vieux bois, les ramifications qui déstructureraient l'effet de "boule" sans toutefois trop évider le sommet de l'arbre car le soleil d'été viendrai alors brûler l'aubier des branches maitresses. Ratissez sous l'arbre les feuilles mortes et brulez tout de suite le bois mort ou jetez le, car le vers du bois taillé se développe très vite. 

Faire ses olives:
Octobre : Novembre  conserve d’Olives cassées:
Vertes et violettes: qui virent!

Se procurer un petit marteau, un caillou, ou un maillet, une planche de bois, un gros saladier, 1Kg d'olives entre vert et  violet, qui commencent à murir.
Donner à chaque olive un coup qui l'éclate et plonger tout de suite dans un gros saladier d'eau froide. Chaque jour durant 12 jours changer l'eau qui doit recouvrir les olives - on peut y mettre du laurier et du fenouil.

La saumure de conserve: le douzième jour, pour un litre d'eau, 100 grammes de sel, 2 feuilles de laurier, fenouil, une petite cuillerée de graines de coriandre, genièvre, thym...Faire bouillir 5 minutes, laisser refroidir, filtrer. Placer les olives dans des bocaux, verser la saumure jusqu’à couvrir, fermer pour une semaine et.... commencer à  consommer.......VOS olives..



Vous venez de mériter un "Gouter d’Ermite" qui fouette le Yang en ce temps d'automne !
Il vous faut : Un quignon ou une belle tranche de vrai pain frais toasté ou rassis.
Frotter et user une gousse d'ail sur la croute jusqu'à ce qu'elle luise
Saler un peu avec du bon sel gris
Poser un filet d'huile d'olive plus ou moins généreux
Et mordre dans ce feu tout en croquant dans votre poignée d' olives cassées.
C'est une saveur ancestrale, à la fois brûlante, suave, rêche, amère et parfumée.
Une façon pleine de rusticité de se relier aux racines de la culture méditerranéenne.
Attention, si vous êtes un humain en "cage dorée" vous allez contacter une furieuse envie d'aller remercier votre olivier, de mettre une écharpe, une veste et d'aller marcher dans la nature... Et peut être d’adresser à votre spirituelle nature une prière de remerciements pour vous avoir fait vivre tout cela.

Faites-le !

Vous venez de comprendre avec vos sens ce que peut-être un

"pélerinage de la conscience" !

 

.................................................................................................................................................................................

Liens externes sur Notre Dame de l'Olive

Monte Oliveto

Notre Dame de L’Olive

Embres et Castelmaure

Accès

Pèlerinages

Liens externes sur la culture de l'olivier et la production d'huile d'olive

Vertus médicinales

Patrimoine culturel immatériel de l’humanité

UNESCO

Trituration et le pressage traditionnel et ancestral

Le broyage et l'extraction

dépasser les 27C°

L'usage de solvant

Règlement de l'Union européenne

Les producteurs du sud de la France

Afidol

Liens externes sur les symboles, la liturgie et l'histoire

Fête des Rameaux

L'entrée triomphale de Jésus-Christ à Jérusalem

"gloria laus et honor"

Mercredi des "Cendres"

Onction

Huiles saintes

Saint Cyrille de Jérusalem

Ferment symbolique de la Méditerranée

Ides de Juillet

Jardin de Ghetsémani